ACTUALITÉS | Veille sur les secteurs de spécialisation et partage d'informations
Il est essentiel pour un traducteur de se former en permanence, de réfléchir sur son activité et d'être
au courant de ce qui fait l'actualité, notamment dans ses domaines de spécialité.
POINTS DE VUE
22.07.2013
Trouver le bon traducteur pour la communication de votre entreprise
Comment choisir un traducteur lorsqu’on ne maîtrise pas vraiment d’autres langues que le français?
Mission difficile, mais pas impossible. replica watches

Observons ce qui se passe lorsque l’on acclimate une plante venant d’un pays étranger. Elle garde son identité d’origine, mais pour se développer elle doit s’adapter à son nouvel environnement.

Cette image s’applique parfaitement à vos supports de communication. Sur le fond, le message doit rester le même. Mais s’il veut séduire le public cible, ses mots doivent exhaler un parfum local.

Il arrive qu’une entreprise soit mécontente parce qu’elle ne retrouve pas dans la traduction de son site ou de ses brochures la structure ou les mots du texte original. Elle s’interroge sur les compétences du prestataire, sur la fidélité de sa traduction... C’est normal : comment peut-on juger de la qualité d’un texte écrit dans une langue que l’on ne domine pas ?

Pour mettre toutes les chances de son côté, voici quelques précautions que l’entreprise peut et doit prendre :

•    Confier le travail à un traducteur professionnel (et non à une secrétaire bilingue, par exemple). Les associations professionnelles, telles que la Société française des traducteurs, ont souvent un annuaire en ligne. Même si cette association n’est pas responsable de la qualité du travail livré par ses membres, elle pose de strictes conditions d’adhésion, parmi lesquelles l’exercice légal du métier et le respect d’un code de déontologie.

•    Choisir un traducteur qui connaisse le domaine d’activité en question : traduire un contrat n’est pas la même chose que traduire un communiqué de presse ou le catalogue d’une marque de luxe.

•    Lorsqu’il s’agit de supports de communication, il est indispensable que le traducteur ait une bonne plume et une certaine expérience en traduction rédactionnelle.
Avant de lui confier la traduction d’un rapport annuel ou d’un site web entier, pourquoi ne pas lui demander :
o    de montrer des exemples des traductions réalisées pour d’autres clients
o    d’effectuer un test (que l’entreprise fera valider par ses interlocuteurs de la langue en question : filiale, journalistes, représentants...).

Une fois que vous aurez trouvé votre traducteur, il faut établir avec lui un partenariat à long terme pour qu’au fil du temps il s’imprègne de la culture de votre entreprise et développe le meilleur dialogue entre vous et votre public étranger.

Comment construire un tel partenariat avec le traducteur ?
•    En répondant à ses questions et en lui posant des questions.
•    En mettant à sa disposition de la documentation sur l’entreprise.
•    En l’invitant à visiter les bureaux ou une usine de la société.
•    En faisant relire ses traductions par des collaborateurs de langue maternelle et en faisant part au traducteur de leurs remarques et suggestions.

Et les agences de traduction dans tout ça ?
Les agences peuvent jouer un rôle important lorsqu’une entreprise souhaite faire traduire des documents en plusieurs langues. Elles centralisent les questions et les réponses et évitent que la société ait à gérer les échanges avec plusieurs traducteurs.
Les bonnes agences doivent faciliter le flux d’information. Elles ne dressent pas de barrière au dialogue et ne craignent pas de mettre le client en contact direct avec le traducteur. Elles veillent à toujours confier au même traducteur les textes d’une même entreprise pour instaurer un partenariat à long terme.

Vous trouverez d’autres conseils utiles en consultant le guide « Traduction : faire les bons choix », diffusé par la SFT.
Vous souhaitez recevoir un exemplaire papier ? N'hésitez pas à m'envoyer vos coordonnées postales en cliquant ici.

swiss cartier replica watches

ARCHIVES